Accueil Agence Erasmus > Actualités > Mobilité internationale des demandeurs d’emploi,quel impact ?

Mobilité internationale des demandeurs d’emploi,quel impact ?

La mobilité internationale des demandeurs d'emploi connaît un fort développement. Les témoignages empiriques, au retour, prouvent qu'elle peut être un puissant levier vers l'insertion professionnelle.

Nous ne disposons pourtant à ce jour d'aucune étude méthodique, scientifique, rationnelle démontrant la valeur ajoutée d'un stage à l'étranger.

L'agence 2e2f a lancé avec plusieurs partenaires[1], une enquête longitudinale sur 24 mois (2011-2013) pour mesurer la plus-value de cette mobilité sur les parcours d'insertion et d'évolution professionnelle des demandeurs d'emploi. L'ensemble des dispositifs de mobilité est étudié.

La société Kaleido'Scop, entreprise coopérative positionnée sur le montage de projets de coopération et les processus de partenariats internationaux réalise actuellement cette étude dont les résultats seront publiés fin 2013.

 Trois hypothèses sont testées 

  1. La mobilité transnationale favorise une insertion et/ou une réinsertion professionnelle plus rapide des demandeurs d'emploi ;
  2. La mobilité transnationale favorise une insertion et/ou une réinsertion professionnelle plus qualitative des demandeurs d'emploi ;
  3. Le coût de l'organisation et de la réalisation des périodes de mobilité transnationale est inférieur au coût d'accompagnement des demandeurs d'emploi dans le cadre des dispositifs de droit commun.

 La population visée

  • Les personnes en situation déclarée de recherche active d'emploi, les personnes inscrites formellement dans une démarche de mobilité transnationale : séjours en mobilité de toute durée (quelques semaines à plusieurs mois), toute destination (Europe et hors Europe) ou cadre de financement (financement national, bilatéral, régional, privé, européen, autre).
  • Les personnes sorties du système scolaire depuis au moins 6 mois, sans condition d'âge, de niveau, de domaine de qualification réalisant une période de mobilité transnationale structurée.

L'enquête sera appliquée à une population test en situation effective de mobilité transnationale structurée et à une population témoin n'ayant pu réaliser la période de mobilité prévue.
400 individus au total seront questionnés.

 

[1]La Délégation Générale pour l'Emploi et la Formation Professionnelle (DGEFP), le Pôle Emploi, le Conseil National des Missions Locales (CNML), le Conseil National de la Formation Professionnelle Tout au Long de la Vie (CNFPTLV), l'Association des Régions de France (ARF), le Conseil régional Ile-de-France, la Direction Générale de l'Enseignement Scolaire (DGESCO) du ministère de l'Education nationale, l'Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (OFAJ), l'Office Franco-Québécois pour la Jeunesse (OFQJ), l'Institut National de la Jeunesse et de l'Education Populaire (INJEP).

22
Octobre 2013