Accueil Agence Erasmus > Articles et actualités > La médiation culturelle pour refonder l’éducation prioritaire

La médiation culturelle pour refonder l’éducation prioritaire

La lutte contre le décrochage scolaire constitue un enjeu majeur dans l'académie d'Amiens. Les élèves du collège André Malraux à Compiègne, classé en réseau d'éducation prioritaire retrouvent goût à l'apprentissage autour du projet European Identity through Art.

La refondation de l'éducation prioritaire est entrée en vigueur en France à la rentrée 2015 dans les 102 réseaux d'éducation prioritaire. Le collège André Malraux participe, depuis la rentrée 2014, à un projet de partenariat Erasmus+ avec cinq autres établissements européens d'Italie, de Grèce, de République Tchèque, de Pologne et du Portugal.

Pour développer l'ambition scolaire des élèves et leur motivation pour apprendre, c'est l'art qui a été choisi. Le projet a pour but de promouvoir la dimension européenne, de sensibiliser à la défense du patrimoine historique et culturel de l'Europe et de développer les compétences linguistiques.

Collège André Malraux

 

Dans un premier temps, chaque pays travaille autour d'un style artistique qui caractérise sa culture : l'art classique pour l'Italie, la Renaissance pour la Grèce, l'art baroque et rococo pour la République Tchèque, le néoclassicisme et le romantisme pour la Pologne, la peinture moderne et contemporaine pour le Portugal et l'art roman et gothique pour la France. Dans un deuxième temps, chaque pays proposera l'étude d'un artiste national. Les trente élèves du collège André Malraux ont choisi le peintre contemporain Robert Delaunay comme emblème de la culture française.

Tous les élèves ont appréhendé les œuvres in situ dans les musées et se sont rendus dans les établissements européens partenaires. En retour, les élèves français ont reçu la visite de délégations d'élèves et de professeurs partenaires. Pendant une semaine, ils ont pu échanger et partager avec leurs homologues européens au cours de sorties pédagogiques organisées dans la région picarde et à Paris. Au programme : visites du château de Pierrefonds, des cathédrales d'Amiens et Notre-Dame-de Paris et bien sûr des salles Delaunay du Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris.

 

L'objectif final des rencontres entre les collégiens des pays partenaires est de réaliser une carte d'identité de chaque pays et de réaliser une oeuvre d'art collective. L'impact du projet est déjà bien réel, sur les élèves participants qui trouvent ou retrouvent une motivation et un intérêt pour l'apprentissage, et sur l'établissement qui bénéficie dorénavant d'une image internationale.

 

 Collège André Malraux

Ils en parlent…

Laëtitia GOBÉ, professeur

« Ce projet a suscité un vif intérêt chez nos élèves qui ont tout de suite voulu établir des contacts avec les correspondants européens. La perception de leur identité tournait autour de leur appartenance à leur quartier. "L'autre" était l'enfant qui vivait dans le quartier d'à côté. La rencontre avec leurs correspondants, le partage et l'échange pendant les mobilités ont changé leur façon de voir le monde. "L'autre" et "l'ailleurs" n'engendrent plus méfiance et repli sur soi au sein de sa communauté mais curiosité et promesses d'expériences enrichissantes. En classe, ils comprennent mieux l'Intérêt des apprentissages, peuvent témoigner de leurs propres expériences et sont valorisés. Le comportement et les résultats suivent. Certains étaient démotivés et rejetaient l'école, ils sont désormais convaincus que les professeurs s'investissent et travaillent dans leur intérêt.
Les familles ont également une autre perception de l'institution scolaire et une "réconciliation" s'est opérée. Les parents viennent avec plaisir aux réunions Erasmus+ avant et après les mobilités et sont très reconnaissants. Enfin les professeurs s'épanouissent en voyant les élèves heureux et motivés. Quelle satisfaction pour nous! De plus, nous profitons pleinement des échanges avec nos collègues européens avec qui, à l'image de nos élèves, nous gardons des contacts réguliers via les réseaux sociaux. Nos pratiques pédagogiques s'enrichissent et tous ces échanges nous redonnent de l'élan. »

Hugo, élève de 3ème

« Ce projet Erasmus+ m'a apporté beaucoup de choses. J'ai découvert un autre mode de vie, une nouvelle culture, avec une langue, un style musical et des traditions différentes des miennes. Ce projet m'a permis d'élargir ma culture générale puisque nous avons aussi visité de nombreux  monuments : châteaux, églises, musées, etc. ».

25
Janvier 2016
Article

Le mag' Erasmus+

Acteurs et projets Erasmus+

Le dossier

 

Thematiques abordées