Accueil Agence Erasmus > Articles et actualités > Les contributions de l’agriculture à la lutte contre le changement climatique Agro- Sup-Dijon maintien la biodiversité

Les contributions de l’agriculture à la lutte contre le changement climatique Agro- Sup-Dijon maintien la biodiversité

L'agriculture compte parmi les secteurs contributeurs aux émissions mondiales de gaz à effet de serre. La forêt subit l'impact du changement climatique. Les orientations en faveur de l'agro-écologie ont été réaffirmées lors de la COP 21 pour un nouveau modèle de production agricole.

Le projet Agroforesterie Formation en Europe (AgroFe 2013-2015) est né du constat que l'agriculture, telle qu'elle a été encouragée depuis les années 1950 environ en Europe, avait certes permis d'accroitre les rendements de façon importante mais au prix d'un appauvrissement des sols, d'un usage intensif des produits phytosanitaires, d'une uniformisation des paysages et de la perte d'une part importante de biodiversité.

L'agroforesterie, largement pratiquée autrefois par les agriculteurs a été abandonnée, ses atouts sont pourtant nombreux tant pour les agriculteurs (diversification des activités, rôle protecteur des arbres, enrichissement du sol en matière organique) que pour l'environnement en général (protection des zones de captage d'eau, réduction de l'érosion, maintien de la biodiversité, lutte contre le réchauffement climatique, séquestration du carbone, etc.).

       projet européen AgroFe

Une nouvelle organisation de l'agriculture et un référentiel métier pour l'agro-forestier

Le projet Agrofe a eu pour objectif de former des agriculteurs ainsi que des conseillers, des techniciens à une « nouvelle » organisation de l'agriculture. Il faut en effet acquérir des savoirs qui n'étaient plus ou peu enseignés: gestion de l'arbre, interactions arbres-cultures, etc.
Les partenaires du projet ont travaillé à l'identification de l'existant en termes de formation et de ressources disponibles : le résultat a été assez inégal selon les pays, assez riche en France, en Belgique, au Royaume-Uni. Rien ou presque rien n'existait dans d'autres pays (Hongrie, Roumanie….). Ils ont ensuite élaboré ensemble un référentiel métier concernant l'agro-forestier.

Dans le même temps, ils ont mis en place dans leurs pays respectifs des formations à l'agroforesterie qui ont concerné tant des agriculteurs et futurs agriculteurs que des techniciens chargés de conseiller les agriculteurs.

Des formations intégrées dans les cursus universitaires

A ce jour, plus de 300 personnes ont été formées et certaines des formations mises en place dans le cadre du projet sont maintenant pérennes et intégrées dans les cursus des partenaires. C'est le cas en France dans les centres de formation de Mirecourt et Crogny, au Royaume-Uni, à l'Université de Warwick, en Hongrie, à l'Université de Debrecen, en République Tchèque, à l'Université de Prague. Une banque de connaissances a également été développée dans le cadre du projet. On y trouve des ressources diverses sur l'agroforesterie.

Un nouveau projet, déposé dans le cadre d'Erasmus + qui a débuté en septembre 2015, Agrof-MM va permettre de consolider les résultats d'Agrofe tout en élargissant son champ d'action : Agrof-MM est plus spécifiquement tourné vers l'agroforesterie de montagne et méditerranéenne (avec par exemple, le sylvo-pastoralisme, non traité précédemment). Des modules de formation spécifiques seront créés, le référentiel complété et la banque de connaissance enrichie de nouvelles ressources.

 

Hélène Coché helene.coche@educagri.fr

http://www.agrofe.eu/fr/les-objectifs/

 

Contact : Agrosup Dijon, Charles Burriel charles.burriel@educagri.fr

 

Une conférence intitulée : « Formation en agroforesterie : Construire l'agriculture d'aujourd'hui et de demain » s'est déroulée au Parlement européen le 9 décembre 2015, présidée par Paul Brannen, Député européen.

25
Janvier 2016
Article

Le mag' Erasmus+

Acteurs et projets Erasmus+

Les projets européens

 

Thematiques abordées