Accueil Agence Erasmus > Articles et actualités > Numérique et gouvernance des universités

Numérique et gouvernance des universités

L'e-éducation bouleverse l'enseignement supérieur en Europe. Le projet D-Transform soutenu par Michel Wieviorka, administrateur de la Fondation Maison des Sciences de l'Homme s'adresse aux responsables universitaires pour la mise en place de pédagogies numériques.

 

Un contexte numérique en pleine évolution

L'accès à des contenus de formation par le plus grand nombre puise ses racines loin dans notre histoire européenne. La question des ressources pédagogiques numériques en accès libre et gratuit (REL) a fait néanmoins l'objet d'une attention privilégiée au cours des dix dernières années, de la part des différents pays comme des institutions internationales, en particulier européennes. La production et la diffusion de ces ressources ont pris différentes formes. Elles se sont notamment présentées sous forme de « réservoirs » de ressources pédagogiques (les Universités Numériques Thématiques par exemple en France), dont il convenait de faciliter le repérage et l'accès ; ou bien de séquences de formation structurées et cadencées comprenant cours, exercices, forums d'échanges, évaluations, comme dans le cas des formations en ligne et notamment des MOOC.

Quelle que soit la forme prise, deux principes sous-tendent ce processus : l'éducation pour tous telle qu'elle est défendue par l'UNESCO, les pratiques de « libre », « open », « collaboratif », « coproduction », etc. portées par le monde du web au nom d'une plus grande agilité et efficacité globale.

Les medias se sont fait l'écho de beaux succès. Les MOOC ont même été présentés comme « le » levier d'une transformation radicale des modes de formation, et d'un accès universel à la connaissance. Des préconisations fortes ont été émises au niveau national et international, des actions de mutualisation des efforts ont été engagées, les REL ont fait partie du champ des politiques publiques menées autour du numérique.

 

Une nécessité d'accompagnement des gouvernances universitaires

Dans ce panorama numérique mouvant et en constante évolution, les institutions d'enseignement supérieur doivent se doter d'une stratégie numérique pour réaliser leur transition numérique en matière de formation et d'apprentissage. Afin de les accompagner, le projet D-Transform propose trois types de soutien :

  1. des rapports d'étude autour de trois sujets principaux : les politiques éducatives nationales ou européennes, les modèles économiques associés aux nouvelles formes d'enseignement, le rôle du « libre » et plus particulièrement des REL comme levier de transformation. Un rapport de synthèse conclut ces trois études et fournit des lignes directrices aux gouvernances.
  2. des leaderships schools vues comme des Think Tanks, destinées à la gouvernance des établissements, organisées autour d'interventions courtes d'experts et d'ateliers de réflexion collaborative. A l'issue de chaque "école", un bulletin avec les points essentiels sera publié.
  3. la mise en ligne des supports médiatisés de formation afin de permettre de les rejouer dans des situations diverses.

Une méthodologie  de mise en place de leaderships schools constituera le dernier apport du projet D-Transform à la communauté éducative.

 

Les contributions disponibles du projet Erasmus+ D-Transform

Le projet D-Transform s'est organisé dans sa première phase (septembre 2014- mars 2016) autour de trois axes principaux :

  • une étude des politiques nationales en matière de numérique pour les quatre pays cibles du projet (Espagne, Italie, Royaume-Uni, France)
    Ces pays ont implanté depuis le début du 21ème siècle des politiques destinées à transformer l'université en lien avec les nouvelles technologies. Une première contribution a consisté à les comparer de manière à dégager des dynamiques communes (ou pas) qui permettent de penser les stratégies pour les leadership schools. Les résultats montrent que les politiques mises en oeuvre sont posées dans un contexte national qui ne permet pas d'en tirer des généralisations à un niveau européen. Tandis que toutes les politiques peuvent être catégorisées en accord avec les tendances générales de la transformation numérique, les dynamiques de chaque système d'enseignement supérieur mettent différents acteurs au centre, conformément à la logique générale des systèmes.

 

  • une étude des modèles économiques possibles
    La conclusion de l'étude est similaire à celle sur de l'état de l'art sur les politiques publiques : il n'est pas possible de tirer des conclusions à un niveau européen. Il est toutefois possible d'aboutir à des conclusions pour un pays ou une région.  De plus, il y a comme souvent, un défi spécifique pour le Royaume-Uni : l'Angleterre a maintenant un système quasi privé à l'américaine, alors que l'Ecosse travaille à la manière traditionnelle européenne. Le Pays de Galles et l'Irlande du Nord tentent de mettre en oeuvre un modèle hybride, avec toutes les vulnérabilités de flux transfrontaliers d'étudiants et de financement que l'on constate dans d'autres pays européens (e.g. Autriche et Allemagne).

 

  • une étude du rôle des REL comme levier d'innovation et de transformation des systèmes de formation, en lien avec les évolutions digitales de notre économie, de notre société, de notre culture. En effet, il est légitime de se demander si la mobilisation autour des REL a porté ses fruits, en termes d'accès plus ouvert à la connaissance pour tous, et si face au double mouvement de marchandisation et d'ouverture autour de la formation au niveau mondial, les REL constituent ou non un instrument de domination ou bien d'égalité des chances et de diversité.

 

Les premières leaderships schools

Le défi du projet est de fournir des éléments de décision qui permettent à chaque institution d'un pays partenaire de s'engager dans une transformation adaptée à son contexte national et aux modèles économiques possibles dans son environnement. Si des spécificités historiques ou organisationnelles existent, il n'en demeure pas moins que des thématiques et des interrogations communes subsistent qui méritent d'être éclairées par des experts internationaux et des réflexions collaboratives.

Deux leaderships schools  sont déjà programmées ; la première est organisée en novembre 2016 à Barcelone, la deuxième en juin 2017 à Paris. Toutes les informations sont disponibles sur le site du projet

 

Anne Boyer, professeur à l'Université de Lorraine  - responsable scientifique du projet D-Transform.

17
Juin 2016
Article

Le mag' Erasmus+

Le numérique dans les projets européens

Le dossier

 

Thematiques abordées