Accueil Agence Erasmus > Articles et actualités > Des écrits aux écrans : la ville de Saint-Raphaël fait sa révolution numérique

Des écrits aux écrans : la ville de Saint-Raphaël fait sa révolution numérique

L'invasion du numérique se répercute dans les modes d'apprentissage. Le projet s'intéresse à la lecture des jeunes en Europe et compare leurs modes de lecture sur livre imprimé et sur livre numérique. Les résultats seront exploités dès l'école primaire.

Le projet "Des écrits aux écrans"

Avec l'arrivée du numérique, notre société traverse une mutation sans précédent. C'est une révolution culturelle planétaire qui impacte tous les secteurs de la société. Des professionnels du livre et de l'éducation de cinq pays européens (Autriche, Belgique, France, Pologne et Roumanie) ont mené une réflexion et conduit des expérimentations pour mieux appréhender les enjeux d'une évolution complexe et accompagner les nouveaux usages de lecture et d'écriture.

Personne ne reste indifférent face à cette révolution en cours, cependant les études et approches restent à construire.

Quid du livre millénaire dans un contexte d'avènement du numérique ? Quelles pratiques de lecture? Quelles évolutions pédagogiques ? Quels impacts sur nos apprentissages ? Quels futurs pour les métiers du livre ? Voilà en substance les questions que le projet « Des écrits aux écrans » a l'ambition de poser à travers un prisme triple :

  • scientifique, soutenu par des recherches neurocognitives et sociologiques ;
  • éducative dans et hors l'école ;
  • artistique et sensible 

 

Une approche scientifique pour stabiliser les résultats

La compréhension de la lecture est essentielle pour de nombreuses activités de la vie quotidienne : ne pas comprendre ce qu'on lit peut être un frein à l'autonomie et à l'intégration sociale. Il est donc essentiel d'étudier les processus cognitifs mis en jeu dans la compréhension en lecture. De nos jours, la lecture change radicalement, en raison de l'existence de différents supports numériques. Or, les implications cognitives de ces changements n'ont pas toujours été étudiées. En particulier, les conséquences des changements d'interactions entre le lecteur et le livre (livre papier, liseuse, ordinateur) n'ont pas été envisagées. En effet, les interfaces des livres électroniques ne présentent pas les mêmes propriétés ergonomiques que le livre imprimé et les actions du lecteur en sont modifiées. Les actions de manipulation des livres pourraient jouer un rôle dans la lecture.

Sous la direction de Jean Luc Velay du Laboratoire de Neurosciences Cognitives CNRS/Université d'Aix Marseille, une étude a été menée sur des lycéens de Saint Raphaël pour répondre à la question suivante : « Lit-on et comprend-on une histoire de la même façon avec un livre imprimé et un livre électronique ? »

 

Livre imprimé/livre électronique : des résultats surprenants chez les jeunes

Les premiers résultats du projet montrent que :

- Le temps de lecture moyen d'un même texte n'est pas différent avec les livres numériques et imprimés ;

- La reconnaissance des mots et des phrases du texte reste identique peu importe le support ;

- Pour les questions ‘Où dans le texte' et pour la reconstruction de la chronologie de l'histoire, là où les adultes sont meilleurs avec le livre imprimé qu'avec le livre numérique, les adolescents ne marquent pas de différence.

Ces résultats bien que préliminaires sont en opposition marquée avec ceux obtenus chez des lecteurs adultes et permettent déjà de conclure que, chez des lecteurs plus jeunes et donc moins experts en lecture, lire sur un livre imprimé ou sur un livre électronique ne conduit pas à des différences de représentation mentale de l'organisation spatiale et temporelle de l'histoire.

Les adolescents lisent plus souvent que les adultes sur support électronique (écran, tablette, iPhone…) et il est possible que leur pratique plus familière de la lecture numérique leur permette de compenser la réduction des informations tactilo-kinesthésiques des livres numériques comparativement au livre imprimé.

S'ils sont confirmés, ces résultats sont importants à considérer dans un contexte où la lecture évolue dès l'école primaire vers un usage généralisé du livre électronique.

En savoir + sur le projet et les résultats

 

Mathieu DECQ, Quality Manager du projet

 

Les partenaires du projet :
Le Centre Lecture de Styrie (Leszentrum-Autriche), La Maison du Livre de Bruxelles (Belgique), Les Ailes du Vent (association de calligraphie-France), Maltae  (photographie-France), et quatre lycées : Le lycée professionnel Golf Hôtel (France) avec le lycée de Pelplin (Pologne), le lycée général Saint-Exupéry (France) avec le lycée Petru Rares (Roumanie).

17
Juin 2016
Article

Le mag' Erasmus+

Le numérique dans les projets européens

Le dossier