Accueil Agence Erasmus > Articles et actualités > Les Notes de l'Observatoire n°6 - 'La coopération européenne en éducation et en formation : valeur ajoutée et effets'

Les Notes de l'Observatoire n°6 - 'La coopération européenne en éducation et en formation : valeur ajoutée et effets'

Des partenariats créateurs de liens transnationaux et trans-sectoriels

Les projets de partenariat ont comme premier effet de favoriser le décloisonnement entre les secteurs d'activité et les cultures professionnelles et d'ouvrir la voie à l'innovation et à la construction de nouvelles complémentarités. Les projets sont mis en œuvre au plus près des territoires mais sur une échelle transnationale et transsectorielle. 

93% des partenariats Erasmus + favorisent un rapprochement entre l'éducation et le marché du travail par une connaissance mutuelle des acteurs et une meilleure prise en compte des attentes des entreprises dans le développement de solutions de formation.
50% des projets impliquent des acteurs économiques dans le partenariat dont 78% sont des entreprises.

 

Des partenaires complémentaires


Les acteurs des partenariats Erasmus + ont bâti leurs projets sur la base d'enjeux partagés et en s'appuyant sur différentes formes de complémentarité. Trois types de complémentarités ont été identifiés entre les organismes partenaires européens  : complémentarités de pratiques/méthodes  (co-construction d'outils inspirés des meilleures pratiques observées), d'expertises  (la dimension trans-sectorielle favorisant l'apport d'expertises) et d'échelles (par la diversité des implantations géographiques, des niveaux de rayonnement et des ressources internes propres).

 

Des espaces d'expérimentation favorisant l'innovation

L'innovation est au cœur des projets de partenariat Erasmus +. Les innovations portées sont presque toutes caractérisées par des combinaisons de plusieurs formes méthodes/pratiques/produits. Les outils et les actions concrètes déployés dans le cadre des partenariats correspondent à des besoins identifiés en amont. Ils constituent dès lors des réponses « sur mesure » aux enjeux des structures en lien direct avec les enjeux de terrain.
59% des partenariats portent sur la création de produits, méthodes et/ou pratiques qui n'existaient auparavant chez aucune des organisations partenaires.

 

 


Des projets générateurs de changements pour les structures

Les partenariats favorisent les changements au sein même des organisations : développement de nouvelles méthodes de travail, mobilisation d'outils collaboratifs, développement de compétences nouvelles. Les échanges qui se développent constituent en outre des ressources pour engager des réflexions transversales futures. 84% des porteurs de projets déclarent que les partenariats Erasmus + et EFTLV1 sont générateurs de changements pour la structure. Des effets notables sur les publics notamment les publics défavorisés Les partenariats impliquant directement leurs publics cibles (élèves, enseignants, formateurs, etc.) aux expérimentations du projet ont généré les effets les plus visibles.
68% des projets visent des publics en difficulté et notamment des personnes éloignées de la formation et/ou de l'emploi. Pour ces personnes l'apport réside aussi bien dans le contenu des enseignements délivrés que dans l'expérience humaine et culturelle vécue.

 

Les Notes de l'Observatoire n°6 en intégralité

Lisez dans le détail les résultats de cette étude publiée dans les Notes de l'Observatoire n°6

 

28
Novembre 2017
Article