Accueil Agence Erasmus > Articles et actualités > Rencontre ECVET : la preuve par l'exemple

Rencontre ECVET : la preuve par l'exemple

Placée sous le thème de l'inclusion, la rencontre annuelle Ecvet-France s'est déroulée le 27 mars au Conseil régional du Grand Est, à Strasbourg. L'occasion de faire la lumière sur les initiatives novatrices que permet cet instrument européen.

"Ecvet est souvent perçu comme complexe et peu accessible. Nous voulons casser cette image et montrer qu'il est, au contraire, au coeur d'une démarche dynamique qui mène à la concrétisation de projets innovants." Dès l'ouverture de la journée, Thierry Joseph donne le ton. Directeur de l'Espace Formation des Métiers et de l'Artisanat (Isère), il est l'un des sept membres de l'équipe des experts Ecvet-France. Chargée par la Commission européenne d'accompagner la mise en oeuvre d'Ecvet, celle-ci est composée de représentants de branches professionnelles, de ministères certificateurs ou d'organismes consulaires. Sa coordination est assurée par l'Agence Erasmus+ France / Education Formation.

Reconnaître et transférer les acquis

Instauré en 2009 par une recommandation du Conseil de l'Union européenne et du Parlement européen, le "système européen de crédit d'apprentissages pour l'enseignement et la formation professionnels" ou Ecvet, vise à permettre le transfert et la reconnaissance d'acquis d'apprentissages validés à l'issue d'une mobilité, en vue de l'obtention d'une certification professionnelle. "Nous pouvons d'ores et déjà nous féliciter des premiers résultats, comme la création d'une unité facultative 'mobilité' dans le diplôme du baccalauréat professionnel", se réjouit Sébastien Thierry, directeur-adjoint de l'Agence Erasmus+ France / Education Formation.

Accompagner les projets

En effet, si Ecvet n'en est encore qu'à ses débuts, les réalisations sont déjà nombreuses. Elles prennent pour la plupart la forme de projets européens Erasmus + qui bénéficient d'un accompagnement de ses experts. Les participants ont pu le constater en se rendant dans les locaux de Solivers, une coopérative alsacienne qui fédère des entreprises employant majoritairement des personnes en situation de handicap. Sur place, ils ont assisté à la présentation du projet Zero Barrier, un projet Erasmus+ réunissant des structures issues de différents pays européens. Son objectif est de créer un code visuo-gestuel pour permettre à des salariés sourds et muets de travailler dans les métiers de bouche, ainsi que d'élaborer une certification professionnelle d'« aide cuisinier ». "Cette dernière est désormais reconnue au Royaume-Uni, en Slovénie ou encore en Italie...", explique Pierre Hoerter, président de Solivers.

Une approche modulaire

Au cours de la journée, un autre projet Erasmus+ a fait l'objet d'une présentation spécifique pour illustrer la plus-value de l'outil Ecvet. Il s'agit du projet Vitimob qui vise à mettre en œuvre une qualification pour les professionnels de la viticulture et qui rassemble cinq pays, l'Allemagne, l'Espagne, la France, l'Italie et la Slovénie. “ Cette certification, à destination des personnes à besoins spécifiques, se décompose en plusieurs unités d'acquis d'apprentissages que l'apprenant peut valider séparément. Et chacune d'elles est développée par l'un des partenaires du projet ", explique François Grieshaber, gérant de Stierkopf Relais Environnement, l'entreprise porteuse du projet.

Susciter les envies

"Notre mission, maintenant, est de continuer à montrer ce qu'Ecvet peut apporter, afin d'encourager d'autres structures à se lancer dans des projets", ambitionne Thierry Joseph. Dans un contexte d'accélération de l'obsolescence des compétences, Ecvet a un rôle à jouer. "On estime que d'ici 2030, 50% des métiers auront disparu dans la forme où nous les connaissons", déclare Habib Marande, expert Ecvet et rapporteur général adjoint de la CNCP (1). L'ambition portée par Ecvet, c'est-à-dire permettre à chacun d'apprendre à tout âge et en tout lieu, est donc plus que jamais pertinente.

(1) Commission nationale de la certification professionnelle

29
Mars 2018
Article

Le mag' Erasmus+

Numéro 15 - avril 2018

L'actualité