Accueil Agence Erasmus > Articles et actualités > Université Paris Descartes : « Les journées enseignement supérieur ont conforté notre démarche de synergie des fonds »

Université Paris Descartes : « Les journées enseignement supérieur ont conforté notre démarche de synergie des fonds »

Les 3 et 4 juillet derniers, se tenaient, à Bordeaux, les journées d'information « enseignement supérieur et coopérations internationales ». Organisées par l'Agence Erasmus+ France / Education Formation, elles ont accueilli près de 250 professionnels en charge des relations internationales au sein de leur établissement. Cette année, l'évènement offrait, à travers l'intervention d'experts et le témoignage d'établissements, un focus sur la structuration de coopérations d'ampleur grâce à la synergie des instruments financiers (Erasmus +, Horizon 2020). Une démarche largement appréciée par les participants qui y ont trouvé l'inspiration pour certains et un encouragement à poursuivre leur propre démarche pour les autres. C'est le cas de la faculté de médecine de l'Université Paris Descartes qui s'est appuyée sur le consortium qu'elle a formé à l'occasion d'un projet de partenariat Erasmus + pour construire d'autres projets et structurer son expertise sur les maladies infectieuses. Manon XHENSEVAL, responsable du bureau des relations internationales, et Pauline VALNAUD, chargée de projets internationaux, ont partagé leur enthousiasme et expliqué la stratégie de leur établissement.

Qu'avez-vous pensé de ces journées d'information ?

Assister à ces journées nous a fait prendre conscience de notre propre démarche de synergie. Nous avons créé tout un écosystème et c'est très valorisant de se rendre compte que nous allons dans le bon sens. Il faut que nous le valorisions mieux, à la fois dans les dossiers de candidature que nous rédigeons et dans nos activités de dissémination. Lors de ces journées, on nous a fourni des pistes et des outils pour y parvenir, dont le guide Diffusion et impact dans les projets de partenariat de l'enseignement supérieur Erasmus +.

Quel est le point de départ de votre démarche de synergie ?

Tout a commencé en 2011-2014 avec Med-Motion, un projet multilatéral Erasmus destiné à développer la mobilité des étudiants et des enseignants en médecine et dont notre faculté était partenaire. Nous nous sommes associés à trois autres établissements du consortium pour construire un nouveau projet de partenariat Erasmus + dont nous sommes coordinateur. Intitulé IDEAL (2016-2019), il travaille sur les maladies infectieuses et associe aussi deux établissements de l'Ouganda. Accueillir des partenaires africains qui possèdent une expertise des maladies infectieuses faisait complètement sens. Nous avons organisé des cours intensifs et des écoles d'été et produit des ressources en e-learning sur les maladies infectieuses.

Quelle suite donnez-vous à ce projet et à son consortium ?

Au cours du projet IDEAL, nos partenaires ougandais ont manifesté le souhait d'être accompagnés dans leurs activités de recherche et dans l'évolution de leurs pratiques pédagogiques. Nous avons donc mis en place du commentorat et créé des binômes associant des médecins européens et des médecins ougandais. Leurs besoins ne s'arrêtent pas là et beaucoup d'autres choses restent encore à faire. Mais trois ans c'est court et les projets de partenariat ne sont pas l'outil le plus adapté pour aider un partenaire issu d'un pays tiers à se moderniser. C'est comme ça qu'est venue l'idée de concevoir un projet Erasmus + de renforcement des capacités, toujours autour des maladies infectieuses. Il a été déposé cette année, en 2019, par l'un des partenaires du consortium d'IDEAL. Cette fois, nous sommes partenaire et non coordinateur. Ce projet-ci est plus large, non seulement dans sa cible (il ne touche pas que les médecins mais s'adresse aussi aux infirmiers et aux sages-femmes) mais aussi dans son consortium : davantage de partenaires ougandais sont parties prenantes et le projet devrait permettre de structurer localement un réseau d'acteurs en médecine.

Parallèlement, nous avons déposé cette année, en tant que coordinateur, un nouveau partenariat Erasmus + sur les maladies infectieuses auquel se sont associés nos trois partenaires historiques, plus quatre autres. Ces quatre nouveaux partenaires européens ont tous une expertise propre, dans les maladies infectieuses et/ou dans l'innovation pédagogique. Car l'objectif de ce nouveau partenariat est de développer des outils et des méthodes d'enseignement novateurs, tels que des cours inversés.

Quel est l'objectif de votre démarche de synergie ?

En pérennisant et en augmentant la taille du consortium, nous captons de nouvelles expertises et développons la qualité des productions et des méthodes créées. Nous considérons ces projets comme un laboratoire où nous expérimentons de nouvelles pratiques pédagogiques dont nous attendons beaucoup. Nous souhaitons moderniser nos méthodes d'enseignement et nous aspirons à ce que les innovations ainsi créées soient transférées à l'ensemble de nos disciplines et cursus. Notre démarche de synergie des projets soutient la stratégie de notre établissement.

>>> DÉCOUVRIR D'AUTRES DÉMARCHES DE SYNERGIE DES ACTIONS DANS LE NOUVEAU RECUEIL DE PROJETS « ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET COOPÉRATIONS INTERNATIONALES »

>>> ACCÉDER AU CONTENU DES INTERVENTIONS DES JOURNÉES D'INFORMATION « ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET COOPÉRATIONS INTERNATIONALES »

>>> VISIONNER LES PHOTOS DES JOURNÉES D'INFORMATION « ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET COOPÉRATIONS INTERNATIONALES »

15
Juillet 2019
Article

Le mag' Erasmus+

Numéro 23 - juin / juillet 2019

L'actualité