Accueil Agence Erasmus > Articles et actualités > Tristan Reilly, ANFA : L’implication des branches professionnelles dans l’organisation de la mobilité apprenante

Tristan Reilly, ANFA : L’implication des branches professionnelles dans l’organisation de la mobilité apprenante

Tristan ReillyL'Association nationale pour la formation automobile (ANFA) est mandatée par les partenaires sociaux pour mettre en œuvre la politique nationale de formation de la Branche des services de l'automobile, du camion et du deux roues. Le service des relations internationales, dirigé par Didier Gelibert, est depuis plus de 20 ans fortement impliqué dans le développement d'une stratégie de soutien à la mobilité.

L'intégration de la dimension européenne dans les parcours de formation

Les partenaires sociaux ont marqué leur souhait de développer la mobilité européenne dans la branche au travers des accords paritaires de branche successifs du 27 novembre 2000, du 25 septembre 2007 et du 24 janvier 2013.
L'objectif principal et stratégique est l'intégration de la dimension européenne dans les parcours de formation des élèves et apprentis se préparant aux métiers de la branche. Ces métiers, vastes, englobent notamment les activitiés de commerce et de réparation automobile, mais aussi les stations-service, les auto-écoles, les parcs de stationnement, les démolisseurs recycleurs, etc. Ce sont en définitive plus d'une douzaine de filières métiers qui sont concernées. Au niveau européen on trouve de grandes similitudes dans le secteur des services de l'automobile. On les observe tant d'un point de vue technique, social, économique, que juridique. On note par exemple, une forte influence des évolutions technologiques et un impact de la segmentation communautaire. Ces similitudes facilitent les projets de mobilités.

Les bénéfices de la mobilité

Les bénéfices et la plus-value des initiatives de mobilité pour les élèves est évidente : accroissement de leurs compétences techniques, développement des connaissances  linguistiques, mais aussi l'accroissement de certaines qualités comme la confiance en soi et l'autonomie.
A leur retour en France, ces nouvelles compétences sont susceptibles de rayonner au-delà de la seule personne de l'apprenant, l'entreprise peut notamment faire d'eux leur référent international lors de la réception de clients étrangers. L'organisme de formation peut, quant à lui, compter sur le jeune pour promouvoir la mobilité au sein de l'établissement auprès des autres apprenants et reçoit en échange des élèves étrangers dans ses cursus.
Le Service des relations internationales de l'ANFA s'engage quotidiennement à mettre en œuvre cette stratégie. Il soutient les initiatives de mobilités des centres de formation de la branche d'un point de vue technique, pédagogique, logistique, voire financier. Ils peuvent également bénéficier du solide réseau de partenaires européens qui s'est construit autour de l'ANFA après plus de vingt ans d'activité sur la mobilité. Des critères de qualités doivent cependant être respectés : la durée de mobilité doit être d'au moins 3 semaines, l'élève doit  participer ou être en observation de situation réelle d'entreprise, enfin l'établissement partenaire doit assurer une réciprocité dans l'échange.
Pour mettre à jour et mutualiser les réflexions et expériences sur le sujet, l'ANFA a récemment réédité un « guide de la mobilité », fruit du « Groupe Technique Europe » rassemblant des représentants de centres de formation et plusieurs délégations régionales de l'ANFA (Ile-de-France et Rhône-Alpes). Ce document permet de guider les établissements dans la « galaxie » de la mobilité, qu'ils soient novices ou expérimentés. Il propose une approche « avant, pendant et après la mobilité » et souhaite capitaliser sur les bonnes pratiques et outils favorisant les projets de mobilités. Il est destiné aux organismes de formation mais peut également intéresser les jeunes et les entreprises ayant de tels projets.

L'ANFA, membre du réseau ECVET

L'ANFA, dans sa volonté d'aller toujours plus loin vers une mobilité de qualité, est, avec la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris Ile-de-France et le Ministère de l'Education nationale, membre du consortium qui constitue le secrétariat ECVET (ECVET Team). L'objectif est entre autres le soutien des Etats membres dans la mise en œuvre de la recommendation ECVET du Conseil de l'Union européenne et du Parlement européen. Les spécifications d'ECVET s'appliquent notamment à la mobilité géographique et permettent de valoriser et d'intégrer celle-ci dans le parcours de formation des jeunes, par la reconnaisance, le transfert, la validation et l'accumulation d'acquis d'apprentissage formalisés dans des crédits européens.

 

Tristan Reilly, Attaché aux affaires européennes - ANFA

 

17
Février 2014
Article

Le mag' Erasmus+

L'apprentissage

La parole à