Accueil Agence Erasmus > Articles et actualités > Europe-Maghreb : Une culture qualité partagée

Europe-Maghreb : Une culture qualité partagée

Le projet Tempus AqiUmed est souvent présenté par les ministères chargés des enseignements supérieurs et la Commission européenne, comme un exemple réussi(1) de coopération dans le domaine de la garantie(2) de la qualité dans l'enseignement supérieur.

Le projet AqiUmed « Renforcement de l'assurance qualité interne dans des universités de la Méditerranée Algérie-Maroc-Tunisie » s'est déroulé sur trois ans, de janvier 2010 à janvier 2013 et regroupait dix institutions maghrébines, les ministères de l'enseignement supérieur d'Algérie, du Maroc et de Tunisie, huit partenaires européens et deux experts individuels.
Les dix institutions maghrébines partenaires étaient trois institutions algériennes : l'École Normale Supérieure d'Enseignement Technologique (ENSET) d'Oran, l'Université M'Hamed Bougara de Boumerdès (UMBB), l'Université Mentouri de Constantine (UMC) ; trois institutions marocaines : l'Université Abdelmalek Essaâdi Tétouan-Tanger, l'Université Mohammed Premier (UMP) d'Oujda, l'Université Ibn Tofail (UIT) de Kénitra ; quatre institutions tunisiennes : l'Université de Tunis, l'Université de Carthage, l'Université de Sousse, l'Université de Sfax.

Les partenaires européens étaient : le CIEP (Centre international d'études pédagogiques) qui assurait la coordination du projet, l'Université Paris Est Créteil (France), l'Université de technologie de Compiègne (France), l'Université libre de Bruxelles (Belgique), l'Université Miguel Hernandez (Espagne), l'agence d'évaluation espagnole ANECA (Agencia nacional de evaluación de la calidad y acreditación), l'agence française AERES (Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur), l'AUF (Agence universitaire de la Francophonie).

Un référentiel d'évaluation interne commun

L'objectif central était de soutenir l'effort des dix universités du Maghreb qui souhaitaient développer un référentiel d'évaluation interne commun.

L'objectif a été atteint et un référentiel couvrant les champs principaux de la gouvernance des institutions, de leurs missions d'enseignement et de recherche et des conditions de vie et de travail des étudiants a été validé. Ce référentiel constitue un acquis pour les institutions. Chacune d'entre elle peut désormais l'utiliser pour structurer et coordonner, dans le cadre de sa politique qualité, l'ensemble des démarches qualité spécifiques dont elle a besoin. C'est aussi un outil utile au développement des relations inter-institutions par le cadre commun qu'il fournit.

La mise au point du référentiel a été aussi la démonstration que les institutions des trois pays du Maghreb impliquées partagent avec les universités européennes partenaires une même vision des enjeux auxquels elles sont confrontées et les bases d'une culture qualité partagée. A côté du référentiel proprement dit, le projet a abouti au développement d'outils méthodologiques qui constituent les bases d'une approche structurée du débat interne sur les objectifs de la politique qualité et les normes à suivre ou à atteindre.

En conclusion, le projet a mis en évidence que dans la recherche de la qualité et de sa garantie, le chemin importe tout autant que le but. La compétence à développer, au sein des institutions, une réflexion partagée sur les objectifs et les niveaux de qualité que l'on vise est en effet le cœur d'une culture qualité vivante qui seule peut garantir que les normes et les procédures seront effectivement des outils au service du développement de l'institution et pas des freins à l'innovation ou un danger pour la capacité d'adaptation. C'est ici sans doute l'un des acquis essentiel du projet AqiUmed : la garantie de la qualité dans les établissements d'enseignement supérieur est d'abord une problématique de gouvernance avant d'être une problématique de management. Cette conception conduit à mettre l'accent sur les valeurs et sur la nature de contrat entre les acteurs de l'institution que revêt le référentiel de l'autoévaluation.

Livret  du projet AqiUmed, objectifs, mise en oeuvre, résultats et diffusion
Le lecteur intéressé trouvera dans ce livret l'intégralité du référentiel d'évaluation et un glossaire qui rassemble les définitions des notions utilisées dans le travail méthodologique. Le document propose également le détail des actions réalisées ainsi que des réflexions sur la mise en oeuvre opérationnelle et la dimension stratégique de la maîtrise de la qualité pour les établissements d'enseignement supérieur.

[1] Le projet AqiUmed a été l'un des projets présenté pendant la conférence « Quality Assurance in Higher Education in Southern Mediterranean countries », les 27 et 28 mars 2014 à Bruxelles.

[2] Dans cet article en français (langue romane), les termes garantie de la qualité sont utilisés pour traduire les termes anglais « quality assurance ». D'un point de vue sémantique, le verbe garantir traduit avec plus de justesse que le verbe assurer le sens du verbe anglais to assure dans le contexte de démarches qui visent à garantir qu'un niveau de qualité est bien atteint. 


Bruno Curvale, Centre international d'études pédagogiques (CIEP)

28
Octobre 2014
Article

Le mag' Erasmus+

L' ouverture au monde du programme Erasmus+

Le dossier

 

Thematiques abordées