Accueil Agence Erasmus > Projets et bonnes pratiques > Le rôle de l’école dans l’accompagnement vers l’emploi : le projet TREMPLIN

Le rôle de l’école dans l’accompagnement vers l’emploi : le projet TREMPLIN


L'insertion professionnelle des jeunes diplômés apparait comme un défi pour l'ensemble des pays européens. En 2013 comme en 2014, on constate que les diplômés de l'enseignement professionnel connaissent des difficultés croissantes avant de trouver un emploi. L'allongement de la durée entre la sortie de la formation et le premier emploi est manifeste pour quasiment tous les secteurs d'activités.

Les jeunes sont prioritairement frappés par la crise économique (en France, près d'un jeune sur 5 est au chômage). C'est pourquoi l'éducation nationale doit également s'investir sur le champ de l'accompagnement à l'emploi en partenariat étroit avec l'ensemble des acteurs traditionnels.
Alors que jusqu'à maintenant, il n'appartenait pas à l'école d'entrer dans la sphère de l'après diplôme, il semble opportun de mesurer la capacité des équipes éducatives à jouer un rôle facilitateur dans l'accès au premier emploi. Ce qui à une double conséquence : suivre le jeune diplômé un an après l'obtention du diplôme et créer les conditions partenariales avec les entreprises, les branches professionnelles, pôle emploi, les missions locales, les collectivités territoriales, etc. autour de cette question cruciale qu'est l'insertion professionnelle.

Le pari de la mobilité pour faciliter l'accès au premier emploi

Aussi, dans le cadre du programme PROGRESS financé par la Commission européenne, le Ministère de l'Éducation nationale et le Centre international d'études pédagogiques se sont engagés avec l'association des Ingénieurs pour l'école (IPE) dans une expérimentation sociale impliquant le Centre d'études et de recherches sur les qualifications (CEREQ) et trois partenaires européens : l'Office franco allemand pour la jeunesse (OFAJ- Allemagne), le British Council (Royaume-Uni) et ABC Wiedzy (Pologne).

Cette expérimentation sociale baptisée « projet Tremplin », qui durera un peu plus de deux ans, de novembre 2012 à février 2015, doit valider l'hypothèse que l'école peut assurer le « service après vente » du diplôme ; mobiliser l'ensemble des acteurs de l'éducation nationale et de ses partenaires et que parmi les actions facilitatrices, la mobilité européenne donnera davantage de chance aux jeunes.

Un espace emploi au sein des établissements de formation

L'objectif principal du projet Tremplin est donc de contribuer à l'amélioration de l'employabilité des jeunes diplômés de niveau IV et V par la création d'un dispositif innovant au sein des établissements d'enseignement et de formation professionnels. Il s'agit d'un espace nouveau totalement dédié à leur insertion professionnelle (généralement appelé pôle ou espace premier emploi).

Ce dernier est implanté dans seize lycées professionnels ou polyvalents des académies de Lille et Grenoble et concerne les diplômés de CAP et de baccalauréat professionnel, toutes filières confondues (dans les deux secteurs de formation : service et production). Les activités réalisées au sein de chacun des établissements sont suivies et évaluées par un comité scientifique, garant du bon déroulement de l'expérimentation, composé d'évaluateurs indépendants, membres du CIEP, du CEREQ et des organisations européennes partenaires. Par ailleurs, afin de procéder à une comparaison scientifique et de vérifier la pertinence du projet, seize autres établissements témoins des deux académies, aux caractéristiques similaires sont également suivis par ce comité. Ce dernier s'appuie sur les compétences des pôles enquêtes des rectorats de Lille et Grenoble afin de recueillir des informations auprès des jeunes.

Outre gagner le pari que la mobilité est une solution pour une meilleure insertion professionnelle des jeunes diplômés, ce projet devra aussi permettre d'identifier et d'échanger les bonnes pratiques en matière d'insertion des diplômés de l'enseignement et de la formation professionnels en Europe.

Après un an et trois mois d'actions, les seize établissements pilotes du projet ont pu participer à trois visites d'études dans les pays partenaires et ont créé l‘espace premier emploi. Concernant plus précisément la mobilité, vingt cinq jeunes diplômés 2013 (dans les domaines de la sécurité, du commerce, de la restauration, de la petite enfance, de l'électricité et du froid climatisation) sont partis en Pologne et en Allemagne.

Il est bien évidemment trop tôt pour tirer des conclusions et apporter un quelconque résultat à cette expérimentation, je vous donne donc rendez-vous en février 2015 pour savoir si nous avons réussi.

L'espace premier emploi a deux missions principales :

  • La préparation du jeune diplômé à son insertion professionnelle et le suivi pendant l'année après son diplôme avec comme ambition de s'ouvrir aux partenaires de l'école.
  • L'impulsion de la mobilité nationale et européenne voire internationale auprès des jeunes diplômés comme outil pour favoriser son employabilité. À ce titre, les trois partenaires européens (ABC Wiedzy, l'OFAJ et British Council) ainsi que les deux délégués académiques aux relations européennes, internationales et à la coopération (DAREIC), notamment au travers de leur expertise, appuient les établissements scolaires à la préparation, la réalisation et la valorisation de la mobilité de ces jeunes.

 

Angélique RAGOT

Bureau des lycées professionnels et de l'apprentissage
DGESCO A2-2
Ministère de l'Éducation Nationale

 

18
Février 2014

Le mag'Erasmus

L'apprentissage

Les projets européens

 

Thematiques abordées