Accueil Agence Erasmus > Projets et bonnes pratiques > Apprendre les langues pour appréhender l’humain. Quelle préparation linguistique pour un stage à l’étranger ?

Apprendre les langues pour appréhender l’humain. Quelle préparation linguistique pour un stage à l’étranger ?

La première exigence de la dimension internationale de la formation d'ingénieur est l'acquisition de la pratique des langues étrangères dans le cadre de mises en situation professionnelle qui inclut les dimensions linguistique et interculturelle.

Le contexte particulier des Ecoles d'Ingénieur

La formation doit permettre l'acquisition d'une large ouverture culturelle et d'une aptitude à travailler en contexte international. Le niveau souhaitable pour un ingénieur en anglais est le niveau C1 certifié par un organisme externe. Les exigences de niveau en anglais, prioritaires, ne doivent pas occulter l'importance de l'apprentissage d'une seconde langue étrangère. Un séjour à l'étranger dans un contexte académique ou en entreprise est nécessaire. Les écoles doivent être dotées d'une véritable stratégie de l'apprentissage des langues basée sur les compétences attendues des futurs ingénieurs. Le processus d'internationalisation doit faire partie du projet stratégique des écoles. (Commission des Titres d'ingénieur (CTI)-Références et Orientations, 2012 Tome2, p.37, 61)

Les langues et cultures à L'ENSICAEN


Tous les étudiants de l'ENSICAEN doivent effectuer une mobilité de 3 mois minimum. Elle peut être effectuée soit en entreprise, soit en laboratoire. La plupart des étudiants réalise ce stage à l'étranger à la fin du M1. Quelques étudiants optent également pour un séjour académique ou la préparation d'un double diplôme en M2.

Au cours de leur cursus, deux langues vivantes sont obligatoires. L'anglais est obligatoire pour tous avec trois heures hebdomadaires de cours. La CTI exige une certification externe en anglais attestant le niveau minimal de B2 pour l'obtention du titre d'ingénieur tout en préconisant le C1.  L'anglais n'étant plus considéré comme une langue étrangère, mais comme une langue utilisée régulièrement dans un contexte professionnel, on comprend aisément pour quelle raison les étudiants se tournent majoritairement vers un stage dans un pays anglophone afin d'asseoir leur pratique de l'anglais dans un contexte professionnel.

 En ce qui concerne la seconde langue, nous recommandons de consolider la pratique des langues apprises dans le secondaire afin d'acquérir un niveau opérationnel en vue des stages, d'un séjour académique et de leur avenir professionnel. L'objectif étant de progresser au moins d'un niveau pendant le cycle ingénieur et de favoriser ainsi aussi le départ vers des pays non anglophones. Environ 75% des étudiants entrent avec un niveau A2 en LV2 et les autres majoritairement avec un niveau B1.

Afin de faciliter les projets de stage concernant d'autres langues comme le chinois, le japonais ou le portugais, les étudiants peuvent s'initier à une troisième langue. Les destinations étant très variées, comme l'illustre la carte ci-dessous, il est difficile de satisfaire toutes leurs attentes en matière de préparation linguistique. Pour élargir le choix de langues nous mutualisons les cours de LV3 avec l'Ecole de Management de Normandie.

Les dispositifs d'apprentissage des langues pour accompagner les étudiants à mieux appréhender la mobilité à l'international 


Lorsque les étudiants entrent à l'école à bac+2, nous testons leurs compétences en langues Ils sont ensuite répartis dans des groupes de niveau. Prendre en compte le niveau de l'élève au départ de la formation est un premier élément important pour un accompagnement efficace.

En anglais, l'objectif des deux premiers semestres à l'école est la certification externe afin de pouvoir consacrer du temps à l'acquisition des compétences actives par la suite. Les étudiants ayant un bon niveau en anglais ont en plus l'opportunité de s'inscrire dans des cours thématiques répondant davantage à leurs centres intérêts alors que les étudiants ayant plus de difficultés doivent compléter leur apprentissage par un parcours en auto-formation en ligne tutoré par leurs enseignants.  

En LV2, il s'agit bien souvent d'une reprise des bases à travers des situations de communication courantes après une interruption de l'apprentissage durant le cycle préparatoire. Cette révision amorce déjà le séjour à l'étranger, puisque les étudiants doivent être capables de communiquer dans des situations de la vie de tous les jours. Les mises en situation en binôme et les jeux de rôles leur permettent d'acquérir un peu plus d'aisance et de confiance dans leur propre capacité à communiquer en langue étrangère. Les entrainements pour améliorer l'expression écrite approfondissent les aspects de langage formel et informel, acquis nécessaire pour pouvoir postuler de manière efficace pour leur stage à l'étranger au cours du troisième semestre. La découverte d'entreprises ou de laboratoires étrangers susceptibles de les accueillir leur est proposée à travers l'organisation de mini-forums en cours. Un travail préalable de recherche sur internet et de présentation via des posters centré sur l'attractivité des établissements choisis par eux-mêmes, les incite à s'intéresser à l'activité des entreprises et laboratoires étrangers et à se familiariser avec un environnement professionnel encore loin de leurs préoccupations estudiantines. Lors du mini-forum, ils partagent les résultats de leurs recherches.

La démarche d'une pédagogie active est renforcée aux semestres 3 et 4. A travers des débats contradictoires et des négociations, les étudiants sont amenés à s'exprimer de manière spontanée et naturelle à l'oral. Un accompagnement concret et pragmatique en ce qui concerne les candidatures pour un stage à l'étranger leur est également proposé. Cela comprend notamment la recherche d'une offre de stage, la rédaction de CV et de lettres de motivation, la candidature en ligne et la simulation d'entretien.  Les aspects interculturels des pays cibles sont explicités et étudiés à travers des études de cas. Il s'agit surtout de les sensibiliser à la variété des paramètres culturels. L'appréhension du temps, de l'espace et de l'humain par exemple sont abordés à travers des témoignages ou d'études pour déclencher leur propre réflexion et favoriser leur ouverture sur le monde.

Depuis 7 ans, au semestre 4, un projet « théâtre » (ou l'écriture d'une nouvelle pour ceux qui ne souhaitent pas faire du théâtre) suscite créativité et expressivité. A partir de thématiques larges liées à l'altérité (« Scènes d'un autre monde » / « l'Autre »), les étudiants rédigent leur propre pièce et la mettent en scène. La soirée théâtre multilingue est l'évènement final du projet. Etre créatif, jouer, exprimer des émotions, lier les paroles aux gestes, impliquer l'être tout entier sont de véritables leviers pour apprendre et pratiquer une langue. Etre prêt le jour « j » pour partager un évènement de l'établissement est un défi et un moteur de motivation pour réussir.

Participation, cogestion et évaluation


Toutes ces pratiques visent à rendre les étudiants responsables de leurs apprentissages en leur offrant une large part de participation et de cogestion dans les cours, y compris dans l'évaluation des pairs. Pour que leur adhésion aux contenus prenne forme, il faut être à leur écoute et s'appuyer sur leurs motivations.  Face à une génération ayant grandi avec des outils de communication de plus en plus performants et vivant dans l'ère numérique et les réseaux de tout genre, l'enseignant doit comprendre et s'adapter à ce changement mental et comportemental radical de son public : être dans le temps de cours sans le partager avec la connexion au monde est un temps révolu. Le nouvel équilibre est difficile à trouver! Etre dans le temps de cours signifie capter l'attention et l'écoute du groupe et faire interagir les êtres qui le composent. Il faut donc réussir à leur donner envie d'agir et leur accorder l'espace d'autonomie nécessaire pour qu'ils produisent et communiquent. Leur implication est le seul garant de leur progrès. Plus que jamais l'espace de la salle de classe doit être largement ouvert sur le monde. La mobilité à l'international est en quelque sorte l'aboutissement de cette préparation progressive en langues et cultures. Cette expérience à l'étranger leur permet avant tout de se situer dans le monde, d'acquérir un regard sur leur propre culture et de murir leur projet professionnel personnel, tout en mettant à l'épreuve leurs compétences en langues et en appréhendant réellement de nouvelles formes d'organisation et de vie. Pour accompagner ce départ et stimuler leur réflexion nous leur conseillons différentes lectures et mettons à leur disposition la grille de questions développée par Michel Sauquet.

S'interroger sur ce que Michel Sauquet appelle « l'Intelligence de l'Autre » relève d'une démarche déontologique et aide à appréhender les différentes dimensions de cet AUTRE culturel.

Formation humaine et épanouissement personnel à travers l'expérience de la mobilité


Durant le dernier semestre du cycle ingénieur et avant leur stage de fin d'études, nous leur proposons le module projet « travailler en équipe multilingue et multiculturelle » qui permet de récolter leur retour d'expérience de la mobilité à l'international et d'approfondir la réflexion sur l'interculturel sur une thématique de leur choix. Il ne suffit pas de partir, il faut  faire le bilan de cette expérience pour aller plus loin ! Dans ce module, quatre langues sont pratiquées. Les étudiants changent de langue en fonction du partenaire auquel ils s'adressent. Passer d'une langue à l'autre fait partie du contexte réel dans lequel nos futurs diplômés exerceront leur métier. Ce projet est adossé à une thématique de projet plus large : « Les défis du 21ème siècle » et se termine sur une session posters multilingue commune durant laquelle les résultats des différentes investigations sont partagés à travers l'échange. 

La formation en langue et culture est indissociable et indispensable dans une formation d'ingénieurs-décideurs de demain. Dans ce contexte l'expérience de la mobilité à l'international est un moment crucial pour leur formation humaine et  leur épanouissement personnel.

Un beau projet porté par des étudiants verra certainement le jour à la rentrée prochaine : les étudiants étrangers seront parrainés par un étudiant français et un étudiant étranger. La notion d'accueil doit être développée dans les années à venir. Nous espérons aussi pouvoir initier à cette occasion le travail en tandem entre un étudiant étranger et un étudiant français. Apprendre la langue de l'autre avec cet « AUTRE » pourrait intensifier et personnaliser les apprentissages tout en amenant de manière naturelle la sensibilisation à l'interculturel. L'apprentissage des langues prend tout son sens dans la rencontre et les échanges qui s'ensuivent. La langue est à la fois objet d'apprentissage et véhicule de la communication. L'envie d'apprendre naît de celle de vouloir connaître et entrer en relation avec autrui. Apprendre à apprendre les langues pour appréhender l'humain dans un monde complexe telle est notre mission.

 

Sonja Piquet
Responsable du Département Langues et Humanités
ENSICAEN

01
Juillet 2014

Le mag'Erasmus

Mobilité et apprentissage des langues

Les projets européens

 

Thematiques abordées